La pince à épiler

pince à épiler

Prendre soin de son corps est une obligation mais aussi un plaisir qui aide à déstresser et à mieux profiter de la vie. Un esprit soin doit habiter dans un corps sain pour l’atteinte d’un équilibre harmonieux qui mène au bien-être et à la relaxation. Les personnes qui sont bien dans leurs peaux sont aisément identifiables

: elles croquent la vie à belles dents, sont difficilement irritables et sont des petits soleils qui illuminent le quotidien. Une bonne hygiène de vie, la pratique régulière du sport et une alimentation équilibrée sont souvent citées comme les trois ingrédients d’une santé de fer. Il faut y ajouter les moments de cocooning chez soi qui permettent de se retrouver et de ressourcer tout en profitant d’un agréable moment beauté. Ce ne sont pas les produits de beauté qui manquent, ni les accessoires qui les secondent.

Les instituts de beauté et les séjours à la carte au sein d’établissements de haut de gamme fleurissent un peu partout. Alors, pourquoi se priver ? Mais pour les adeptes du « On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même », il existe une pléiade de possibilités qui font du corps un écrin étincelant de beauté et de propreté. Les bons outils – alliés aux bons procédés – fournissent de bons résultats, à condition de savoir les choisir et les utiliser. Alors, qu’en est-il de la pince à épiler, discrète mais indispensable, petite mais si importante ? Voici un petit mémo pour mieux la connaître et l’employer dans les règles de l’art !

La pince à épiler est presque aussi vieille que l’univers du maquillage, même si elle a vu le jour dans les blocs opératoires et les laboratoires, dans la grande famille du petit outillage scientifique et médical. Dotée de deux bras droits ou courbés – dits « en crabe » – la pince à épiler se termine par un mors qui est destiné à saisir des objets ou à épiler. Ce mors peut être arrondi ou biseauté selon les modèles et les usages et le corps de l’outil est généralement moulé dans un matériau traité contre la corrosion.

La rouille n’est en effet pas très hygiénique et multiplie les risques d’infection. D’une longueur oscillant usuellement entre 11 et 15 cm, la pince à épiler est souvent de couleur unie, même si de récents modèles versent dans la fantaisie, avec des bras décorés de motifs ethniques ou réalisés dans du nacre, très esthétique. L’outil est disponible auprès des pharmacies et des magasins de grande distribution et est présenté dans un étui qui le protège de toute souillure.

Son prix est dérisoire comparé aux multiples usages qui peuvent en être fait et qui n’apportent que des avantages au corps.

En effet, la pince à épiler – comme son nom l’indique – débarrasse le corps de tous les poils disgracieux qui l’encombrent, en partant des sourcils, en passant par les aisselles et par le maillot, sans oublier les jambes. La gent masculine l’emploie aussi pour repousser l’invasion des petits poils qui surgissent des narines ou des oreilles.

Outil complet pour les parties visibles comme le sourcil, la pince à épiler se fait outil de finition pour les parties les plus sensibles ou les plus velues qui sont plus pratiques à épiler à la cire, à la crème dépilatoire ou au laser. Le fait est que la pince à épiler doit être utilisée sur un poil à un autre, et qu’à moins d’avoir une patience infinie, il est quasiment impossible de nettoyer un torse touffu avec son seul usage. Et en parlant d’usage, il existe quelques principes fondamentaux à maîtriser pour tirer le meilleur parti possible de ce petit outil de génie.

Comment utiliser une pince à épiler?

Avant de procéder à l’épilation proprement dite, il faut faire un gommage de la zone concernée au moins un jour avant, à l’aide d’un gant en crin ou d’un produit spécifique. Ensuite, il faut dilater les pores à l’aide d’une serviette chaude – ou d’un bain ou d’une douche, pour faire d’une pierre deux coups. Ceci dans le but de faciliter l’extraction des poils et de rendre l’opération la moins indolore possible – un petit cube de glace en cours d’opération peut aussi servir à insensibiliser la zone.

La pince à épiler ainsi que la surface de peau à nettoyer doivent être minutieusement désinfectées à l’alcool pour éviter les infections, à la manière des chirurgiens qui préparent bien leurs instruments avant une grande opération. Les poils doivent être ôtés un à un dans le sens de leur repousse, pour les enlever jusqu’à la racine. Ce geste-clé de l’épilation permet d’éviter l’apparition de poils incarnés, très disgracieux et sources de maux divers. Une fois tout l’excédent pileux éliminé, il est recommandé d’enduire la zone épilée d’huile d’azulène non grasse qui modère la repousse des poils tout en hydratant. Ce produit présente aussi l’avantage d’éviter les rougeurs et irritations éventuelles causées par l’épilation – surtout pour les peaux sensibles. La pince à épiler doit ensuite être désinfectée à nouveau avant d’être remisée dans son étui.

Pour une épilation sans accident, les professionnels conseillent d’acheter une pince à épiler dotée de cannelures antidérapantes sur ses bras, afin d’avoir une prise en main ferme de l’outil. A défaut de trouver un tel produit, un peu de talc suffit à maîtriser la sudation et par conséquent, les risques de blessure. Bien épilés, les poils repoussent normalement après trois semaines, sans s’être fortifiés comme dans le cas des autres techniques d’épilation.

Les amateurs disent que la pince à épiler est le moyen le plus économique d’épilation et ils ont raison étant donné qu’il ne suffit que d’un investissement basique et d’un peu de bonne volonté pour avoir une peau de bébé ou des sourcils de vamp. Les poils étant les intrus à pourchasser dans une société où tout doit être nickel, l’opération ne produit que des bénéfices. Alors, il ne faut plus hésiter et acheter une bonne pince à épiler, pour des séances beauté rapides et efficaces, idéales après une longue journée de labeur ou pendant les week-ends. Bon délassement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *